1-accueil 2-articles 3-editions 5-bio-biblio 6-presse

Good news from the stars

Retour sur la journée d'étude "interroger le sexisme en bande dessinée" du 28 janvier 2017, à École Européenne Supérieure de l'Image à Angoulême.

CHEVAL DE TROIE

www.johannaschipper.comLa journée était organisée par le Consortium Britannique des chercheurs en bande dessinée (BCCS) et le International Girl Gang, représentés plus spécifiquement par  :

- Laydeez do Comics, un collectif de Grande Bretagne créé en 2009 à l'initiative de Nicola Streeten (artiste, anthropologue et chercheuse) et Sarah Lightman (autrice, écrivaine, commissaire d'exposition et chercheuse);

- Femicomix Finland (FEMSKT), un collectif antisexiste, antiraciste et inclusif né en 2013, et représenté par Johanna Rojola (autrice et enseignante de bande dessinée);

- et moi-même, en tant qu'enseignante à l'ÉESI, autrice et membre du Collectif des Créatrices de Bande Dessinée contre le Sexisme (France).

Étaient représentés également : Ladies Night Anthology (USA), et Comic Book Slumber Party (Royaume Uni).

L'idée d'utiliser un "format" universitaire, à la manière d'un cheval de Troie, en nourrissant ce dernier avec des contenus militants, est vraiment intéressante. Le ton de nos échanges était donc clairement déhiérarchisé, ouvert et militant, chacun.e partageant sa propre expérience singulière et sa subjectivité.

space petitFAIRE AUTREMENT, AGIR COLLECTIVEMENT

Nous avons commencé par un état des lieux. Nicola nous rappelait que la journée avait pour but d'échanger avec le public à la manière d'un forum, chose qui est plus difficile lors d'une table ronde. Le premier constat, c'est l'originalité des collectifs féministes en bande dessinée. Ladeez do Comics est le premier groupe britannique, dédié au roman graphique, dirigé par des femmes. Il offre une tribune (mixte) aux artistes, éditeurs.trices, universitaires et fans du monde entier qui souhaitent parler des romans graphiques féministes et intimistes, réalisés par des femmes. Le mode opératoire est proche des conférences TED. FEMSKT est un collectif mixte d'une centaine de personnes, qui œuvre pour la conscientisation et l'entraide artistique des artistes et amateurs.trices de bande dessinée. Il organise des événements féministes, antiracistes et inclusifs : workshops, expositions, résidences, publications, accessibles à tous.tes, quelque soit le genre, la capacité physique, l'origine ethnique et/ou culturelle et l'orientation sexuelle. Enfin, le Collectif des Créatrices de Bande Dessinée contre le Sexisme, avec ses 240 signataires, constitue le groupement professionnel en bande dessinée le plus important en France à ce jour.

PAN DANS TA GUEULE DE BOIS  !

Dans un article du journal finlandais Helsingin Sanomat, Johanna Rojola a déclaré qu'elle craignait que l'International Girl Gang ne devienne un argument de "pinkwashing" à Angoulême. En effet, l'image sexiste du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême (FIBD) en 2016 a fait le tour du monde. Cela a été suivi d'une gueule de bois prise de conscience dans le milieu. En 2017, le FIBD a voulu corriger le tir, en nommant l'anglaise Posy Simmonds présidente du grand jury, en incluant huit albums signés par des femmes sur les quarante deux sélectionnés, et en consacrant l'une de ses expositions à la scénariste Loo Hui Phang.

10Mais le risque serait que le petit monde de la bande dessinée francophone s'en tienne à améliorer son image médiatique : "vite vite, changeons cette image sexiste qui fait perdre de l'argent !" Et d'occulter une réalité plus sombre : selon l'enquête quantitative menée par les États Généraux de la Bande Dessinée en 2015-2016, les autrices françaises gagneraient en moyenne 48% de moins que leurs confrères masculins. Où en sommes nous du changement dans la situation professionnelle des autrices ? On entend de plus en plus fréquemment l'argument suivant : plutôt que de se plaindre, "nous" devrions commencer par nous réjouir de la féminisation des équipes éditoriales. Or, majorité des dirigeants les plus hauts placés dans maisons d'édition... restent des hommes ! Pour mémoire, un patron et sa secrétaire (ou un directeur éditorial et sa maquettiste) n'est pas une situation paritaire.

On parle de parité quand les postes sont occupés de manière égale par des hommes et des femmes au même niveau de responsabilité, avec les mêmes compétences et (cela va de soi) avec la même rémunération. La parité permet aux femmes d'accéder aux carrières qui leurs étaient jusqu'alors difficilement accessibles et non de "faire évoluer" l'image d'une entreprise (ou d'une revue). Et si l'on peut évidemment se féliciter de la féminisation de la profession, il est bon de rappeler que depuis plus de dix ans, les écoles d'art forment davantage de jeunes femmes à la bande dessinée que de jeunes hommes, tandis que leur entrée "à qualité de travail et compétence égale" dans les catalogues des éditeurs est un phénomène tout récent.

Quand d'aucuns insistent systématiquement sur le fait que éditeurs recruteront leurs auteurs·trices sur la qualité du travail (ah bon  ?), c'est ignorer le fonctionnement du plafond de verre et les mécanismes structurels qui interdisent aux femmes la reconnaissance de leur travail et l'accès à certains postes et ce, malgré leurs compétences. Cet argument, maintes fois resservi, sous-entend qu'il est difficile de trouver des autrices aussi compétentes que leurs homologues masculins, ce qui légitimerait l'absence d'une parité.

POUVOIR S'EXPRIMER SANS CRAINDRE LES REPRÉSAILLES

En échangeant avec la salle, plusieurs témoignages ont relayé la situation dans les écoles d'art, où les enseignants masculins adoptent souvent une attitude condescendante vis-à-vis de sujets développés par les étudiantes, comme les violences faites aux femmes. Comment également répondre au harcèlement sexuel dans le milieu de la bande dessinée, où chaque créateur est free lance et ne dispose pas, comme dans une entreprise, des structures adéquates pour s'interposer ? Une auditrice, elle-même autrice, a fait remarquer que les attaques sexistes prenaient souvent la forme de "blagues", dont les auteurs niaient ou minimisaient la réalité de l'insulte. Pour les autrices victimes des comportements de leurs éditeurs, collaborateurs ou confrères, il n'existe pas d'alternative : soit l'on se tait, soit l'on passe pour la chieuse. Dans les deux cas, les autrices doivent faire face au déni. Présentes dans l'auditoire, nos consœurs flamandes, enseignantes à Sint-Lukas de Bruxelles (Flandres), se sont dites atterrées des témoignages des unes et des autres. À Sint-Lucas les enseignantes sont plus nombreuses que leurs confrères et les cas de harcèlement excessivement rares.

propagande machisme suffragette dessins 1Pour Nicola Streeten, la création de Laydeez do Comics en 2009 a été une réponse aux chiens de garde du milieu. Le sujet de sa thèse de doctorat concerne les cartoonists anglaises, publiées entre 1970 et 2010 par des éditeurs féministes. Nicola Streeten a découvert que l'histoire officielle du comics ou du cartoon, masculinisée par défaut, était souvent doublée d'une histoire officieuse, parallèle, où les créatrices sont présentes et actives. Ces dessinatrices humoristes ont principalement réalisé des cartes postales militantes, très populaires en Grande Bretagne, dont la tradition prend ses racines dans la réaction à la campagne anti-suffragettes du début du XXe siècle. Nicola Streeten milite pour le "pas de côté" qui permet de rendre leur place réelle aux femmes artistes, invisibilisées par les historiens, critiques et universitaires qui écrivent et publient sur le médium.

SANS ATTENDRE

Johanna Rojola, l'une des membres actives de FEMSKT, est revenue sur les moyens d'action du collectif finlandais, actif dans tout le pays. Elle souligne l'importance d'avoir un.e complice dans chaque festival où l'on se rend, chose que permet le collectif. Un système de stands participatifs ou ambulants permet également à chacun.e des membres de FEMSKT de déposer et vendre des fanzines autoproduits de manière très libre. D'ailleurs, le collectif encourage chaque membre à prendre des initiatives allant dans le sens de sa démarche : antisexiste, antiraciste et inclusive. Sarah Lightman, co-fondatrice de Ladeez do Comics a insisté sur la force du réseau : si les hommes ont créé leur réseau, aux femmes de faire de même ! Cela passe aussi par un retournement du sentiment d'infériorité que les femmes ont intériorisé : il faut arrêter de penser que l'on est moins capables, moins douées. Et cela marche : Sarah a ainsi pu lever des fonds pour différentes expositions, et gagné de très nombreux prix, en prenant les devants sans attendre.

L'assemblée, disposée en cercle, était aussi invitée à travailler par petits groupes pour répondre à des questions comme : "que faire quand une exposition traite les travaux des autrices par un biais genré ?" Les personnes présentes (beaucoup de dessinatrices mais aussi des dessinateurs) ont également réalisé des mini-fanzines. Un workshop créé et éprouvé par FEMSKT, qui fait partie de leurs modes d'action. Et comme toutes les actions du collectif, la forme du workshop et son mode opératoire peut être repris librement, il est copyleft.

how petitPARTAGER L'INFORMATION ET LE SAVOIR-FAIRE

Changer de paradigme, c'est aussi changer de regard sur cette fameuse "compétence". Accepter que dans une même journée, des artistes débutantes montent sur le podium aux côtés de celles qui sont confirmées, sans gêne, jalousie ou jugement, c'est faire contribuer concrètement à l'égalité des chances. Que ce soit pour Ladeez do Comics ou FEMSKT, le savoir-faire s'échange dans ce type de rencontres et ne se monnaie pas. Des conférences d'une dizaine de minutes des artistes présentes ont permis de découvrir les travaux singuliers d'une dizaine d'artistes anglaises, américaines ou finlandaises, comme Hanna-Pirita Lehkonen, Emmi Valve, ou Pen Mendonça... Elles ont toutes un propos radical, comme Hanna-Pirita Lehkonen qui publie pour un éditeur coréen en direction d'un public américain des bandes dessinées sur des sujets LGBT. Elle a rencontré tous ses contacts professionnels sur le web et encourage les débutants.tes à faire un usage proactif du web, et donne pour cela des conseils en ligne. Quant à Pen Mendonça, elle fait de la maternité en solo et du grand âge les sujets de ses histoires, illustrant des témoignages de jeunes mères célibataires.

L'éditeur activiste suédois Ordfront Förlag, qui publie l'autrice Liv Strömquist (Les Sentiments du Prince Charles, L'Origine du monde) a depuis plusieurs années changé radicalement sa politique éditoriale, comprenant sans doute avant les autres l'effet délétère du plafond de verre. Publiant strictement de manière paritaire (soit autant d'hommes que de femmes), il a passé outre les critiques comme quoi les femmes étaient moins expérimentées que leurs confrères. L'éditeur a maintenu le cap, malgré les critiques, malgré des ventes moindres pour les autrices. Cela s'est avéré payant : un ouvrage de Liv Strömquist se vend aujourd'hui à 60 000 exemplaires à sa sortie en Suède. Dans son sillage, plusieurs autrices accèdent à une meilleure visibilité et renommée. Liv Strömquist dit choisir délibérément un dessin "naïf" car plus expressif et plus proche des lecteurs.trices. "Mon conseil serait de s’approprier la culture DIY : n’attendez pas que quelqu’un vous publie, faites-le vous-mêmes. Ne soyez pas trop perfectionnistes au début et surtout, ne vous arrêtez pas" déclarait-elle au journal Libération le 30 janvier 2016.

valve

 
Plus d'articles...

projet-l-oeil-livre





contact